visite en France du président Roch Kaboré

(4 avril 2016) Arrivée du Président du Faso, Roch Marc Christian KABORE ce jour à Paris.

reçu par l'ambassadeur de France au Burkina

reçu par le président Hollande

 

 

 

Déclaration du Président du Faso, Roch Marc Christian KABORE à l’Elysée


A l’issue de son entretien avec François HOLLANDE, Roch Marc Christian KABORE a dans une déclaration, salué la coopération bilatérale exemplaire qui existe entre le Burkina Faso et la France. 

Cette visite officielle a été une occasion pour nous de saluer l’excellence de la coopération qui existe entre nos deux pays. Je voudrais également remercier le Président François HOLLANDE pour l’appui qui nous a été apporté lors de l’attaque terroriste du 15 janvier 2016. Cet appui nous a permis, en liaison avec nos forces de sécurité, de mettre fin à l’attaque des terroristes qui a fait beaucoup de dégâts au plan humain. Je voudrais dire que l’avenir est dans le renforcement de cette coopération. 

Comme le Président HOLLANDE l’a souligné lui-même, la sécurité a une place importante dans la vie de nos pays. Désormais, nous sommes tenus de prendre la question du terrorisme comme un élément permanent dans la vie de nos différents pays. C’est pour cela qu’au plan régional, nous avons décidé de mutualiser nos efforts en matière de renseignements pour empêcher les terroristes de se déployer comme ils le veulent. A ce niveau, nous avons aussi demandé à la France de continuer de nous accompagner dans la formation et voir la possibilité d’appuyer nos forces spéciales en équipements pour que cette action internationale contre le terrorisme connaisse des succès. Aujourd’hui comme vous pouvez le constater, le risque zéro en matière de sécurité n’existe nulle part dans le monde. 

Le second volet de nos discussions a concerné l’économie :autant le Burkina Faso est félicité pour le succès de son processus démocratique compte tenu du fait que nous avons renoué avec l’Etat de droit, autant il est important, pour parachever ce succès, que le Burkina Faso reparte sur de bonnes bases économiques. Il faut faire en sorte qu’à partir de 2017, nous puissions véritablement prendre toutes les dispositions pour relancer notre économie.

Au plan politique nous avons échangé sur l’organisation des élections municipales du 22 mai prochain et sur notre volonté de passer à une Vè République. Nous avons également parlé du Haut Conseil pour la Réconciliation et l’Unité nationale (HCRUN) qui a pour objectif la réconciliation des Burkinabè avec leur histoire. 

C’est un vaste chantier qui est ouvert et je crois que les discussions que nous avons eues ont montré la disponibilité et l’engagement de part et d’autre pour que nous puissions consolider la relation bilatérale entre la France et le Burkina Faso. L’accord qui vient d’être signé entre l’AFD et l’ONEA en est un signe palpable. Cet accord vise à renforcer les capacités de l’ONEA en matière d’eau potable, l’assainissement dans les villes de Bobo-Dioulasso et Ouagadougou car la question de l’eau est fondamentale pour notre pays.

Ajouter un commentaire