Marthe Koala, athlète burkinabè aux JO

Marthe Koala n’est plus à présenter au public sportif burkinabè. Tant ses performances parlent d’elles-mêmes. Plusieurs fois médaillée au Burkina Faso, elle a réussi à s’imposer sur le plan africain. Son objectif est désormais de mettre l’athlétisme mondial à ses pieds. Du 5 au 21 Aout 2016, Marthe Koala représentera le Burkina aux Jeux olympiques (JO) de Rio, au Brésil, en 100m haies. Dans cette interview qu’elle nous a accordée par internet, elle revient sur ses débuts dans l’athlétisme, sa carrière, ses lauriers et ses objectifs à cette rencontre mondiale de l’athlétisme.

Marthe Koala, athlète burkinabè aux JO : « Je veux faire honneur à mon pays »

Peux-tu mieux te présenter à nos lecteurs ?

Je suis Marthe Koala, athlète burkinabè, spécialiste des épreuves combinées (Heptathlon) et des 100m haies. Je suis née le 8 mars1994 à Bobo-Dioulasso.

Comment es-tu venue à l’athlétisme ?

Je suis arrivée à l’athlétisme par le biais d’une amie qui m’a fait savoir que j’avais la possibilité de m’entrainer sur le terrain du lycée Ouezzin Coulibaly de Bobo-Dioulasso avec M. Sawadogo Missiri. Car mon rêve était de devenir athlète. Et depuis lors jusqu’à aujourd’hui, j’ai pu réaliser quelques grands moments de ma carrière sportive.

Que peut-on effectivement retenir de ta jeune carrière ?

Depuis 2006 à ce jour, j’ai eu plusieurs fois le titre de championne nationale dans plusieurs disciplines telles que la longueur, le javelot, les 100m, 200m, 100m haies, l’heptathlon, le relais 4x100m et 4x400m.
Sur le plan international, j’ai pu m’imposer dans la catégorie cadette, junior, senior. J’ai ainsi eu le titre de :
- Championne d’Afrique cadette en 2009 au Sénégal en 100m haies ;
- Championne d’Afrique junior en 2013 en Ile Maurice en 100m haies ;
- Championne d’Afrique senior en 2014 au Maroc en heptathlon ;
- Vice-championne d’Afrique senior à Durban en 100 haies et heptathlon ;
- J’ai aussi participé aux jeux olympiques de Londres en 2012 et aux championnats du monde de Pékin en 2015.

Comment te portes-tu maintenant après ta chute à Pékin ?

Je me porte très bien maintenant après ma chute à Pékin. Avec l’aide de la Fédération burkinabè d’athlétisme et de mon centre en Ile Maurice où je fais ma préparation, j’ai pu avoir de bons soins.

Tu es en formation en Ile Maurice, comment se passe le stage ?

Tout se passe bien en Ile Maurice. J’arrive à bien m’entraîner. L’organisation est bonne et les conditions aussi sont favorables.

Et ton intégration ?

Je me suis intégrée très facilement dans le centre. Puisque je suis avec d’autres athlètes africains venus de différents pays, donc c’était plus facile pour moi

Athlète internationale aujourd’hui, comment apprécies-tu l’athlétisme burkinabè ?

L’athlétisme burkinabè est en phase de renaissance. Voir tous ces jeunes pleins de talents qui font de remarquables performances surtout lors du Meeting international de Ouagadougou où il y a eu de bonnes prestations, je ne peux qu’être contente et les encourager. On peut même dire qu’il y aura de la relève s’il y a évidemment un bon suivi.

Tu représenteras le Burkina aux prochains JO, comment se fait ta préparation ?

Je serai aux JO en Août au Brésil pour représenter le Burkina Faso au 100m haies. Tout se passe bien et je me donne à fond dans mes entraînements pour pouvoir honorer mon cher pays puisque je vais affronter les meilleurs athlètes de la planète. Je prie le ciel qu’il me permette de faire de bonnes performances.

Tu seras aux JO avec Fabrice Zango, médaillé d’or au championnat universitaire d’Afrique, quels conseils as-tu à lui donner ?

J’ai déjà participé aux JO et si j’ai un conseil à donner à Fabrice Zango, c’est juste lui dire de ne pas se mettre la pression. Il aura à faire face aux meilleurs athlètes de la planète. Pour cela, il devra se fixer comme premier objectif de s’améliorer en s’inspirant des exemples des autres et ne jamais oublier qu’il devra faire honneur au Burkina Faso.

Un mot de la fin…
Merci beaucoup à vous, ça fait beaucoup plaisir de voir que l’on porte de plus en plus attention à l’athlétisme car c’est une discipline qui n’est pas beaucoup médiatisée et malheureusement méconnue par beaucoup de Burkinabè.

Propos recueillis par Jacques Théodore Balima
Lefaso.net

 

Ajouter un commentaire