Les agences de l’eau française et burkinabè en partage d’expérience

Contribution financière en matière d’eau : Les agences de l’eau française et burkinabè en partage d’expérience

dimanche 2 avril 2017

 

L’Agence de l’Eau du Mouhoun (AEM) et l’Agence de l’Eau Seine-Normandie (AESN) se sont retrouvées les 28 et 29 mars 2017 à Koudougou, dans le cadre de l’accord de la coopération qui a été engagée entre les deux parties en 2013. L’entrevue a permis aux deux partenaires d’échanger surtout sur la contribution financière en matière d’Eau et beaucoup d’autres thématiques allant dans le sens du protocole d’accord. Deux travaux de groupe ont été organisés dans la soirée du 28 mars pour réfléchir sur la stratégie à mettre en place pour un recouvrement efficace et efficient. Aussi, une visite de terrain est intervenue dans la journée du 29 mars, sur le site de la mare aux crocodiles de Sabou où l’Agence de l’eau du Mouhoun contribue à sa protection.

Contribution financière en matière d’eau : Les agences de l’eau française et burkinabè en partage d’expérience

Cette rencontre fait suite à une formation que l’Agence de l’Eau du Mouhoun a reçue de l’Office International de l’Eau (OIEau) en novembre 2015.Selon le Directeur Général de l’AEM, Saidou KANAZOE, elle a pour objectif d’accompagner l’Agence de l’Eau du Mouhoun dans les mécanismes juridiques pour se positionner face au non-paiement des assujettis ; et de réfléchir à une stratégie de recouvrement plus efficiente de la taxe de « contribution financière en matière d’eau ».

Monsieur KANAZOE reste convaincu que si tous les grands usagers s’acquittent convenablement de la CFE l’Agence de l’eau du Mouhoun va pouvoir investir sur la protection et la préservation des ressources en eau. Pour lui il n’y a pas de solution miracle l’eau doit nécessairement financer l’eau d’où l’importance de la CFE.

Pour Emmanuel JESTIN, chargé d’aide au fonctionnement de l’Agence de l’Eau Seine-Normandie« les agences de l’eau ont besoin de l’appui de l’Etat central pour pouvoir collecter les taxes sur l’eau afin de les utiliser à bon escient en vue d’améliorer et protéger la ressource ».Aux responsables de l’Agence de l’eau du Mouhoun (AEM), ila suggéré de prôner le dialogue, la concertation pour la collecte de contribution financière en matière d’eau.

Selon Anne BELBEOC’H, Responsable de l’Action internationale de l’Agence de l’Eau Seine-Normandie, cette rencontre de partage d’expérienceva beaucoup aider l’AEM à mieux s’organiser dans le recouvrement de la taxe parafiscale dénommée « contribution financièreen matière d’eau ».Pour elle,cette rencontre va renforcer les liens de coopération institutionnelle avec l’agence de l’Eau du Mouhoun et les différents projets de solidarité que l’Agence de l’Eau Seine-Normandie (AESN) soutien au Burkina Faso.A en croire Anne BELBEOC’Hdepuis 2013, l’AESN soutien à peu près une vingtaine de projet au Burkina Faso pour un montant d’environ 1 200 000 euros. Et certains de ces projets sont situés sur le territoire d’intervention du Nakambé mais aussi sur l’AEM. 

Afin de constater les activités de protection des berges de la mare de Sabou, effectuées par l’association WEND KUNI et financées par l’Agence de l’Eau du Mouhoun, les participants ont effectué le 29 mars 2017 une visite de terrain sur le site de la mare aux crocodiles de Sabou.

Ibrahima TRAORE
Youssouf KABDAOGO

 

Ajouter un commentaire

 
×