Développement du secteur agricole 

Développement du secteur agricole : Le ministère de tutelle appuie les acteurs en matériels, finances et logistiques

• vendredi 27 avril 2018 à 17h34min

Le ministère de l’Agriculture et des Aménagements hydrauliques a remis officiellement des appuis matériels, financiers et logistiques aux structures déconcentrées et aux producteurs agricoles, ce vendredi 27 avril 2018 à Ouagadougou. C’est le ministre en charge de l’agriculture, Jacob Ouédraogo, qui a présidé cette cérémonie.

Développement du secteur agricole : Le ministère de tutelle appuie les acteurs en matériels, finances et logistiques

« Pour booster la production agricole, il faut des appuis de ce genre », a affirmé le ministre de l’Agriculture et des Aménagements hydrauliques, Jacob Ouédraogo. C’est ce qui justifie la remise officielle des appuis matériels, financiers et logistiques aux structures déconcentrées et aux producteurs agricoles.
Ces appuis sont constitués des matériels roulants, des logistiques agricoles et des chèques afin de moderniser les exploitations agricoles de façon durable. Il s’agit de :
 105 motoculteurs ;
 50 batteuses de riz ;
 20 despatheuses-égreneuses de maïs ;
 2 broyeurs ;
 11 véhicules tout terrain ;
 232 motocyclettes.

Selon le ministre Jacob Ouédraogo, cette cérémonie rentre dans le cadre de la concrétisation de la promesse faite aux groupements d’intérêt économique (GIE) des régions des Cascades, de l’Est et du Centre-Ouest, lors de la cérémonie de remise officielle des infrastructures réalisées dans le cadre du programme magasins de l’Union économique et monétaire Ouest africaine (UEMOA).

Vers l’amélioration des conditions de travail

Afin d’améliorer les conditions de travail des acteurs du monde agricole, le ministère a mis à leur disposition du matériel composé de :
 240 tables ;
 390 chaises ;
 6 bureaux ;
 9 fauteuils.
« Ce soutien important et fort appréciable de l’Etat burkinabè et de ses partenaires » va permettre de faire face « aux grands défis auxquels est confronté le monde paysan », car la campagne agricole demeure caractérisée par « une faiblesse de la production agricole et une persistance de l’insécurité agricole dans un contexte particulièrement difficile », a indiqué le représentant du président du bureau national des chambres d’agriculture, Eric Zougnonré.

A en croire Jacob Ouédraogo, l’appui du jour vient renforcer d’autres que son département a réalisés. « Nous avons déjà pratiquement équipé toutes nos directions provinciales d’ordinateurs. Nous les appuyons régulièrement avec des intrants de qualité, des semences améliorées, et des engrais minéraux et organiques », a-t-il ajouté.

En plus de l’appui financier d’un montant de 30 000 francs CFA par mois pendant six mois apporté aux agents d’appui-conseil depuis 2014, le ministère a pris l’engagement d’étendre cela à douze (12) mois pour compter de janvier 2018. A cet effet, des chèques d’une valeur totale de 177 240 000 francs CFA couvrant les quatre premiers mois ont été remis aux responsables.

Les meilleurs agents récompensés

Cette cérémonie a été également l’occasion d’encourager les agents les plus méritants de toutes les régions qui ont reçu des motos et des chèques offerts par le Projet riz pluvial (PRP) dans le cadre du concours « meilleur agent bas-fond ».
L’une des lauréats, Léonie Kinda, ressortissante de la région du Centre, a réitéré sa volonté d’accompagner les producteurs techniquement comme elle l’a su faire. « Je suis très contente de recevoir une fois de plus ce prix et cela me donne le courage à aller de l’avant », a-t-elle notifié.

Le coût global de ces appuis entièrement financés par le budget de l’Etat s’élève à 16 603 046 000 francs CFA, selon le ministre Jacob Ouédraogo.

Subvention des produits agricoles

Dans la foulée, le ministre en charge de l’agriculture a annoncé la réduction des prix des produits agricoles au titre de la campagne 2018-2019, dans l’ensemble des treize (13) régions du Burkina. Il s’agit entre autres de :
 7 000 tonnes de semences de variétés améliorées ;
 1 150 000 boutures de patates et de manioc ;
 15 241 tonnes d’engrais minéraux ;
 450 tonnes de fumure organique ;
 1 111 tonnes de Burkina phosphate ;
 10,42 tonnes d’activeurs de compost ;
 26 993 unités de matériels agricoles à traction animale ;
 205 unités de matériels agricoles motorisées.
En ce qui concerne les difficultés que rencontrent toujours les agents sur le terrain, le ministre a tenu à les rassurer des solutions idoines qui seront trouvées. Pour illustrer, il a indiqué que « des dispositions sont en train d’être prises afin de sécuriser les magasins de stockage des intrants et équipements agricoles ».

Cryspin Masneang Laoundiki
LeFaso.net

 

Développement du secteur agricole 

Ajouter un commentaire