Bobo-Dioulasso : Opération ville propre

Le conseil municipal de la commune de Bobo-Dioulasso avec à sa tête le maire Bourahima Sanou, appuyés de la brigade verte ainsi que les jeunes de l’opération des travaux de haute intensité de main d’œuvre (THIMO) sont sortis ce samedi 1er avril 2017 pour redonner de l’éclat à ladite ville.

Le maire Bourahima Sanou veut redonner un visage propre à Bobo-Dioulasso. A cet effet, il organise une série de journées de salubrité dans ladite ville. Après celle organisée le 31 juillet 2016 qui a connu un véritable succès auprès des populations de Sya, le samedi 1er avril 2017, les différents maires d’arrondissement et conseillers se sont réunis dans l’arrondissement 1 de la commune et plus précisément au secteur 3 pour faire le nettoyage.

Le choix porté sur cet arrondissement pour la suite de l’opération « ville propre » n’est pas anodin. Selon le maire dudit arrondissement, c’est au regard de l’insalubrité qui y a été constatée.

« L’arrondissement 1, c’est la vieille ville de Bobo-Dioulasso »,  a-t-il dit. Avant d’ajouter que « malgré les multiples caniveaux que nous avons ici, l’arrondissement 1 reste le plus sale de la ville de Bobo-Dioulasso », a-t-il déploré.

 

De ce fait, « il faut forcement une action forte pour amener la population à adhérer à ce qu’on est en train de faire ».

A travers cette action, le maire de Bobo-Dioulasso entend interpeller les populations à un changement de mentalité. Cette opération ne sera pas ponctuelle. De façon tournante dans les arrondissements, chaque samedi, « toute la ville va se retrouver dans un arrondissement pour faire l’opération », pour inculquer dans l’esprit des citoyens que c’est à eux de protéger les canalisations, leurs devantures et leur cadre de vie.

Le maire de la commune lance un appel à l’endroit de la population pour une adhésion massive à cette opération pour que la ville de Sya retrouve son image d’antan.

Car pour lui, « le développement de la ville de Sya n’est pas seulement l’œuvre de la commune, mais également celle des populations », a-t-il conclu.

Martial Sanou

Correspondant de Burkina24 à Bobo-Dioulasso

 

Ajouter un commentaire